Ne pas savoir le sexe de son bébé avant la naissance : les pour et les contre

J’ai toujours su que je préférerais ne pas connaître le sexe de mes enfants avant leur naissance. Je rêvais de ce moment “comme dans les films” où l’on annonce “c’est un garçon !” ou “c’est une fille !” à la maman qui vient d’accoucher. Pour mon premier je n’ai pas tenu. A l’échographie, le gynéco a dit qu’il pouvait voir le sexe et je n’ai même pas tenu trois secondes avant de le lui demander. C’était un garçon. Des amis à nous attendaient un bébé à la même période. Eux ils ont tenu bon et ils n’ont pas demandé. J’ai été tellement envieuse de la surprise qu’ils ont eu le jour J que j’ai juré de tenir bon si un jour j’en avais un deuxième. Comme je suis de nature très très impatiente, avoir tenu bon tout au long de ma deuxième grossesse restera une grande fierté. Laisse moi te dire ce que ça a changé pour moi:

  

Déjà, pour te dire toute la vérité, j’avais une préférence pour une petite fille (pour plein de mauvaises raisons mais ça c’est un autre sujet). Après avoir su que mon premier était un garçon, j’ai eu une sacrée déception. Ce n’est qu’à sa naissance que j’ai arrêté d’être déçue : il était tellement parfait que, évidemment, jamais je ne l’échangerais contre une petite fille. Pour mon deuxième, j’ai donc évité toute déception pendant ma grossesse pour ne garder que l’émerveillement de la rencontre. Avantage : ne pas savoir.

Au niveau de la réaction des gens, je pense avoir ainsi barré la route au regard plein de condoléances que m’ont dit avoir reçu les mamans en annonçant un deuxième garçon. J’ai certainement aussi évité quelques cadeaux genrés (nous avons entre autres reçu une superbe sortie de bain jaune car “on ne pouvait pas prendre de rose ou de bleu”) mais surtout je crois avoir permis à ce bébé de susciter pas mal de curiosité. Cet été à l’apéro, ma famille prenait les paris : une fille ou un garçon ? Avantage encore une fois : ne pas savoir.

Là où je dois avouer qu’il était vraiment plus facile de savoir, c’était pour choisir un prénom. Nous avons débattu des prénoms garçons et filles jusqu’à la dernière minute. Lors du dernier mois de grossesse, j’ai commencé à rechercher des prénoms mixtes pour nous faciliter la tâche mais ça n’a rien facilité du tout. Bref on est arrivés à la maternité sans s’être arrêtés sur un prénom. On a mis 48h à se décider et mon fils gardera à vie le prénom “nourrisson” sur son carnet de santé. Avantage savoir.

Il y a plein de choses auxquelles je n’avais pas pensé. Préparer le grand frère a peut être été plus difficile car j’ai dû parler de bébé ou de “petit frère ou petite sœur”. Les rendez vous chez le gynéco ont à chaque fois été une petite mise à l’épreuve (tout de suite lui rappeler que je ne veux pas savoir, ne pas craquer et demander). Mon moment cinématographique a lui été un peu gâché par la sage femme qui a annoncé le sexe avant que nous ne puissions le voir nous-même mais si c’était à refaire je ne changerais rien et je garderais la surprise, la motivation qu’elle m’a donné pendant l’accouchement et cet instant magique où j’ai vu pour la première fois mon petit garçon.

Et toi tu as demandé à savoir ? Tu imaginerais garder la surprise ? Viens me raconter comment ça a marché pour toi.

Cliquez, Partagez

2 réflexions sur « Ne pas savoir le sexe de son bébé avant la naissance : les pour et les contre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *