Une semaine sans enfant

Pendant les vacances scolaires de février, nous avons laissé Martin (3 ans et toutes ses dents) chez mes beaux parents pour 5 dodos. Nous laissons régulièrement Martin pour des soirées (la première fois il avait 1 mois et demi), nous l’avons déjà laissé pour des week end, le plus long sans nous a été les 3 dodos de Lisbonne.

Dans le cas de confier son enfant pour une durée plus ou moins longue il n’y a pas trop de règles… C’est vraiment en fonction de chacun et je crois qu’avant ces vacances là, JE n’étais pas prête à le laisser autant. Je crois que j’avais ce sentiment, un peu comme au début de congé mat où tu es celle qui passe 24h/24h (quasiment) avec ton bébé, que tu es la seule à le comprendre et donc à être indispensable, que là avec son parlé encore bébé que nous étions les seuls à le comprendre quand il parle en Martin… Là où on comprenait “tout” en se disant qu’est ce qu’il progresse en langage les gens nous regardaient en attente de la traduction… J’avais l’impression qu’il serait terriblement malheureux d’être incompris, et moi dans la crainte que ses besoins ne soient pas satisfaits si on ne le comprenait pas (alors qu’il ne serait probablement ni mort de faim, ni en manque de câlin!). En attendant d’être prête je n’ai pas culpabilisé de ne pas le laisser…

Alors 5 dodos sans mon fiston ça donne quoi?

On a aimé:

  • Se faire un agenda de ministre avec test de 3 resto et 1 spectacle, sans stress pour la fatigue du lendemain, et état d’esprit du mini qui peut faire basculer une soirée.
  • On a pas eu à courir le matin et encore moins le soir… Pas de contrainte horaire
  • Avoir un salon RANGÉ, pas de jouet qui traîne
  • Jurer comme un charretier, pas obligé de dire mercredi et purée… Bordel que ça fait du bien!

Ça m’a manqué :

  • Les petits pas qui traversent l’appartement 5 à 10 minutes avant la sonnerie du réveil pour nous dire “c’est le matin” et faire un câlin dans le lit.
  • Aller vérifier qu’il dort bien et lui faire un dernier bisous sur le front ou sur le nez avant d’aller me coucher.
  • Ses blablas d’enfant qui parfois nous font bien marrer.
  • Découvrir une scène de playmobile à un endroit improbable de l’appart.

Voilà, tout s’est très bien passé, nous avons eu pas mal de nouvelles via whats app sans que Martin ne s’en doute, nous l’avons eu en visio il en avait rien à faire de nous parler (quoi mon bébé ne pleure pas toutes les larmes de son corps parce que sa maman est loin? Une honte!) et quand il est revenu à la maison c’est comme s’il était parti la veille… Je me dis que c’est bien que j’ai attendu d’être “prête” comme ça je ne lui ai pas transmis des “angoisses infondées”, il sentait que nous étions confiants et que nous lui avons donné suffisamment confiance en lui pour qu’il se sente en sécurité sans nous….Cet été nous allons peu bouger avec l’arrivée de Basile, mais nous allons essayé que lui ait des petites vacances à droite à gauche sans nous avec la famille, le crash test des vacances de février passé haut la main.

Et vous? Vous les avez laissé “longtemps” facilement? Qu’est ce qui vous a le plus manqué et que vous avez préféré?

À lire aussi

Cliquez, Partagez

Une réflexion sur « Une semaine sans enfant »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *