Des traditions de fin d’année

Ces derniers temps avec Sonia, on a un peu causé des fêtes de fin d’année, des traditions qu’on a connues quand on était enfant, de celles qu’on a découvertes en se casant et de celles dont se rappelleront nos petits. Quand je pense aux réveillons de mon enfance, je vois toujours de grandes tablées et des énormes plateaux de toasts pour l’apéro – mes préférés étaient ceux au kiri et ceux à la rillette. J’ai mangé des douzaines d’huîtres tous les ans et ouvert des piles de cadeaux sous le sapin avec mes cousines. Toujours le 24 au soir

Il y a aussi des familles dans lesquelles on fête ça tous les ans différemment, d’autres où va à la messe et certaines où on sort le grand jeu le 25 alors que chez nous c’est là qu’on finissait les restes. Il y a des familles où on ne fait rien et des familles où on fait tout en décalé. Il y a les enfants de divorcés qui ont connu les traditions une année sur deux et j’ai même une amie qui part depuis qu’elle est toute petite en voyage au soleil pour l’occasion. Continuer la lecture de « Des traditions de fin d’année »

Louer son appart sur AirBnB : mode d’emploi

Comme je te l’ai déjà raconté, nous avons cette année fait pour la première fois l’expérience de louer notre appart sur AirBnB pendant que nous partions en vacances. Comme j’avais un peu (beaucoup/ passionnément) sous-estimé le travail de préparation que cela engendrerait, je me suis dit que j’allais faire le point avec toi histoire que tu saches ce que cela implique si un jour tu décides aussi de te lancer :

  • Ranger, briquer, trier, cacher et prendre de jolies photos… Je ne vais pas vous mentir tout ça m’a pris une bonne journée mais je l’ai vu comme un investissement et ça ne m’a pas dérangée. C’était un peu comme un jeu vidéo où l’objectif était de toujours garder le bordel hors cadre des photos : (presque) rigolo et un bon avant-goût de ce qu’il y aurait à faire avant que nos premiers voyageurs n’arrivent.

Continuer la lecture de « Louer son appart sur AirBnB : mode d’emploi »

Ce qui nous a convaincus de louer notre appart sur AirBnB

Louer son appart pendant qu’on part en vacances…  Tellement de gens dans notre entourage le faisaient…. Grâce à AirBnB, ça semblait tellement simple que cela faisait des années que l’idée de le faire me trottait dans la tête. D’un côté je rechignais à faire partie de ce système qui fait augmenter les loyers de notre quartier mais d’un autre : pourquoi laisser mon appartement vide quand nous n’y étions pas alors qu’il était possible d’en tirer un revenu ?

Mon copain n’étant pas partant, je n’y pensais pas trop mais cette année, il y a eu deux nouveautés qui m’ont aidée à le convaincre : Continuer la lecture de « Ce qui nous a convaincus de louer notre appart sur AirBnB »

Montreuilloise

Si tu me demandes d’où je viens, je te répondrai de Montreuil, toujours.
Si tu ne connais pas, je te montrerai Paris entre mon index et mon pouce. Montreuil, c’est un peu l’ongle de mon pouce et tu me diras souvent “ah ouais c’est comme Paris”.
Je te dirai non. Parce qu’on a beau avoir une porte sur la capitale et trois stations de métro, c’est compliqué pour moi de te dire que je viens de Paris.

Un peu parce que je ne veux plus risquer cette réaction déçue du Parisien d’origine contrôlée qui pourrait entendre notre conversation. L’AOC Intramuros tire souvent la tête quand on ne répond pas par un nombre ordinal à sa question fétiche “quel arrondissement ?. Continuer la lecture de « Montreuilloise »

La chambre d’enfant comme symbole de statut

Mon fils a un « lit maison » et j’ai craqué pour quelques babioles comme ces magnifiques jouets Grimms et une veilleuse nuage que j’avais vus sur Instagram alors forcément quand au début de l’année, j’ai vu passer cet article du Frankfurter Allgemeine qui commençait par expliquer comment avec Internet, les blogs et les réseaux sociaux, la chambre d’enfant est devenue un symbole de statut et je me suis sentie un peu visée.

  Continuer la lecture de « La chambre d’enfant comme symbole de statut »

Mamie à distance

J’ai oublié la fête des grand-mères.

Genre vraiment : c’était le 4 mars et moi j’ai tilté dix jours plus tard.

J’ai envoyé un message à ma mère accompagné d’un emoji qui illustrait mon embarras. Elle m’a répondu avec l’emoji bisou, celui avec le cœur, c’est cool ça veut dire qu’elle ne m’en veut pas. C’est pas ma faute : j’habite en Allemagne, il n’y a pas de fête des grand-mères ici. Je ne peux pas compter sur les fleuristes pour me rappeler l’occasion. Pas besoin de culpabiliser mais ça a fait ressurgir un sujet auquel je n’avais pas pensé depuis des semaines : la distance que j’avais mise entre cette mamie et son petit fils.

Continuer la lecture de « Mamie à distance »

Maman star : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge

Quand on a ouvert le mamazine avec Sonia, on voulait y publier des portraits de mamans qu’on admirait – de la maman connue, de la maman blogueuse, de la maman anonyme – j’ai pu écrire des portraits de mamans que j’admirais pour leur franc-parler ou pour leur capacité à m’inspirer et honnêtement celui d’aujourd’hui est pas le premier auquel j’aurais penser. Les princesses, perso ne m’ont jamais vraiment fait rêver mais question maternité Kate a eu le mérite de lever 2-3 tabous. Laisse moi te raconter :

Continuer la lecture de « Maman star : Kate Middleton, Duchesse de Cambridge »

L’utérus artificiel : ça fait rêver ou ça fait flipper ?

J’ai lu cet article en anglais et c’est LE truc le plus effrayant que j’ai lu depuis 1984 (le livre hein pas l’année, en 1984, je naissais :D) alors je me suis dit que j’allais t’en faire un petit résumé au cas où tes sorties sur l’internet se limitent aux territoires francophones.

L’article commence en rapportant que des chercheurs de Cambridge ont mis au point un utérus artificiel, le biobag, dans le but d’augmenter les chances de survie des bébés prématurés. Ils le testent avec des agneaux prématurés (nés à l’équivalent de 22 à 24 semaines de gestation humaine) qui s’y développent très bien : l’agneau le plus âgé a maintenant un an passé. Des tests ont été faits avec un embryon humain pendant 13 jours. L’embryon s’y est parfaitement développé et la seule raison qui a poussé les chercheurs à mettre fin à l’expérience est la loi qui empêche un embryon humain d’être maintenu en vie pendant plus de 14 jours à l’extérieur du corps humain. Tout laisse donc à penser que le jour où la loi évoluera, il sera tout à fait possible de mener une grossesse à terme dans le biobag.

Continuer la lecture de « L’utérus artificiel : ça fait rêver ou ça fait flipper ? »

Berlin : 3 trucs que les touristes ne savent pas forcément

Cela va bientôt faire 10 ans que j’habite à Berlin et la ville attire de plus en plus de touristes qui viennent y découvrir tout ce qu’elle a à offrir, faire la fête, découvrir les quartiers alternatifs, manger d’énormes brunchs et bien entendu faire des visites historiques.  J’ai l’impression qu’il y a cependant 2-3 trucs que beaucoup de touristes ignorent encore au sujet de cette destination :

  • Berlin peut être une super destination shopping

Cela dépend bien sûr de ce que tu aimes acheter car ce sont deux types bien particuliers de shoppeuses qui repartent particulièrement heureuses de leurs séjours à Berlin :

  • la shoppeuse de fripes et autres babioles d’occasion qui va dégoter 1000 trésors dans une boutique second-hand ou aux fameux Flohmärkte (hybrides de marchés aux puces/brocantes) qui ont lieu tous les week-ends (certains même dédicacés aux enfants !)
  • La shoppeuse de cosmétiques qui profitera des prix jusqu’à 50% moins chers qu’en France sur la plupart des produits de beauté/d’hygiène dans des chaînes de droguerie telles que DM ou Rossmann (d’ailleurs ça ça vaut pour toute l’Allemagne)

  • Les enfants vont aussi adorer Berlin

Continuer la lecture de « Berlin : 3 trucs que les touristes ne savent pas forcément »

Maman ailleurs : Nina à Londres – Royaume Uni

Aujourd’hui, je vais te présenter ma copine Nina. Elle est française comme moi, mais c’est à Londres, qu’elle est devenue maman et elle a plein de choses à raconter sur ce que ça change pour elle d’être maman là-bas.

Cela fait 12 ans que Nina est arrivée à Londres pour ses études de mode. Je verserais presque une petite larme parce que ça veut dire que cela fait 12 ans qu’on s’est rencontrées et il s’en est passé des choses depuis qu’on ne boit plus de snake bites. Je suis repartie et elle a, entre autres, rencontré son mec, lancé sa carrière de modéliste et eu 2 filles qui collectionnent les passeports et les langues maternelles. Si on demande à Iro, sa grande de 4 ans d’où elle vient, elle demande à sa mère  « Je suis de la France comme toi, ou de Bolivie comme Papa ?” Nina lui rappelle : “Tu es de Londres parce que tu es née ici et c’est là qu’on habite.” et Iro conclut “Ah oui comme Cami » (sa sœur de 10 mois). On cause maintenant des heures durant de nos enfants et de nos points de vue en matière d’éducation qui sont forcément un peu influencés par les pays dans lesquels nous nous trouvons. Continuer la lecture de « Maman ailleurs : Nina à Londres – Royaume Uni »