Je n’arrive pas à planifier mes repas. C’est grave docteur ?

Ça fait longtemps que je me dis que ce serait une bonne idée de planifier les repas sur la semaine, qu’il faudrait que je le fasse. Que nous n’aurions plus de questions à nous poser le soir. Nous avons toujours plein d’idées mais pas forcément tout le temps les ingrédients. A nous deux, on passe au supermarché au moins 4 fois par semaine alors qu’on aurait bien mieux à faire de notre temps. J’en avais déjà parlé à mon mec. Il avait été d’accord sur l’idée mais il avait pas non plus sorti un papier et un crayon pour commencer. Je n’ai pas insisté, ça me semblait un peu compliqué.

Puis il n’y a pas longtemps au détour d’une recette je suis tombée sur un blog où j’ai tout de suite su que j’allais passé beaucoup de temps. J’ai exploré les archives et j’ai fini sur cet article datant de 2014 qui m’a convaincue. Je m’y voyais déjà. Une fois par semaine, après avoir été chercher mes légumes, je m’inspirerais de mes livres de recettes et je ferai un plan et une liste de courses. Je n’aurais plu à courir aussi souvent après mon fils dans les rayons du supermarché et en rentrant le soir à la maison, je n’aurais qu’à suivre mes propres instructions, plus d’interrogations. L’image que je me projetais était si pleine de sérénité que j’avais de la musique classique et un filtre instagram dans la tête. J’avais hâte.

Ok “hâte” c’est un bien grand mot : en pratique, j’avais surtout toujours une bonne raison de plutôt commencer la semaine prochaine. Sorties, invités, vacances, boulot, j’ai repoussé pendant des semaines puis la semaine dernière je me suis dit, “mercredi, tu as la liste de légumes, mercredi tu fais ton plan”. Le mercredi évidemment je me suis dit “ah oui mais demain avec les légumes sous les yeux, ce sera plus facile de trouver l’inspiration. Le jeudi soir, donc plus le choix, je me pose en face de mes légumes, je sors mon bullet journal, je laisse monter l’inspiration et là c’est le drame.

Les idées fusent mais je n’arrive pas à les mettre dans les cases. Je pourrais faire des carottes à l’orientale, comme je le fais souvent ou plutôt les carottes sexy de Jamie mais ces dernières prennent plus de temps … Et si je faisais plutôt une salade avec une betterave et une carotte rapées. Attends il fait -15°C, qui a envie de manger une salade. Je pourrais utiliser la betterave dans un risotto rose plutôt à moins que je ne fasse plutôt cette tarte à la betterave que j’adore. Et le chou, j’en fais quoi ? Une salade de chou blanc comme chez le Japonais, erm… je devrais peut-être chercher de nouvelles idées pour utiliser ce chou…

A ce moment là ça fait déjà 5 vraies minutes que je contemple les jours de la semaines sans savoir quel menu leur attribuer et j’ai la brillante idée de partir à la recherche de nouvelles recettes à base de chou blanc sur internet. Très rapidement, je me perds, j’ai totalement oublié ce que je faisais et il est déjà l’heure d’aller me coucher. C’est bon j’ai plein d’idées, demain je les noterai dans mon carnet et tout ira bien. Sauf que le lendemain est une longue journée et que le soir je choisis la facilité : bâtons de légumes vapeur et houmous décongelé et après ça je ne vois plus trop l’intérêt de planifier les repas d’une semaine déjà entamée.

Voilà j’ai fini par abandonner alors que je suis persuadée que ça me faciliterait la vie et que ça ne doit pas forcément être compliqué. Peut-être que j’ai peur de perdre en flexibilité, j’ai toujours eu un peu de mal à m’engager. Peut-être que c’est plus difficile que je ne le pensais ou peut-être simplement que la planification des repas, c’est un peu comme l’arrêt du tabac, quelque chose qui j’en suis sûre me serait totalement bénéfique mais que je n’arrive pas -encore- à mettre en place. Que celui qui n’a jamais eu de marge entre ce qu’il savait qu’il devait faire et ce qu’il faisait concrètement me jette la première carotte (j’ai des idées de recette) ; en attendant j’arrête de m’autoflageller.

Et pour toi, planifier ses repas c’est une évidence, une aberration ou comme pour moi un défi que tu relèveras, un jour, plus ou moins prochainement?

À lire aussi

Cliquez, Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *