La vérité sort de la bouche des parents

Ca fera bientôt 3 ans que je suis devenue maman. A l’époque, j’avais pleeeeeein de certitudes sur ce qui m’attendait, sur la mère que je serai, sur ce que je ferai différemment, ce qui ne m’arriverait jamais, etc, etc. Les parents qui avaient un peu plus de bouteille que moi y allaient de leurs petites remarques et je pensais “ouais ouais ….” en étant sûre qu’ils se plantaient TO-TA-LE-MENT.

Petit florilège de mes désillusions de jeune maman:

Quelques jours après mon accouchement, je viens de me taper 9 mois sans boire, un accouchement de 21 heures, 3 jours horribles à la maternité et je suis enfin rentrée chez moi. C’est là qu’au téléphone, ma marraine (+ de 20 ans de maternité au compteur), me dit: “Maintenant vous avez fait le plus facile!”.

On avait déplié le canapé et on comptait bien passer le mois de congé parental de mon mec en pyjama à admirer notre merveille. La vie était douce, Milo chouinait de temps en temps comme un petit chat et sentait la crème ….  Je ne comprenais même pas d’où sortait cette remarque. Elle avait certainement voulu être drôle, elle était drôle normalement ma marraine. Moi quoi qu’il arrive, c’était sûr le chemin qui m’attendait ne serait que bonheur et amour, le plus dur était passé….  Autant te dire que depuis entre les interrogations, les inquiétudes, les décisions à prendre, les regrets sur les décisions prises et les crises de nerfs, j’ai compris ce qu’elle voulait dire. Oui, j’aurais pas cru mais il y a eu certains jours où j’aurais préféré réaccoucher.

View this post on Instagram

🤷🏽‍♀️

A post shared by Little Years (@littleyears) on

Un mois après la naissance, mon mec est retourné bosser. J’ai commencé à voir comment j’allais occuper les 10 mois qui me restaient en tête à tête avec mon bébé. Il pleurait encore comme un petit chat et sentait toujours la crème.

J’ai vu une ancienne collègue à moi qui avait eu son bébé 6 mois plus tôt et qui m’a dit : “Ne t’en fais pas, le jour où tu as envie de le jeter par la fenêtre, c’est tout à fait normal, ça arrive à tout le monde, tu ne seras pas la seule”. Ca m’a surprise parce que cette nana me semble être le self control incarné et que sa fille était tout le temps mignonne quand je les voyais mais bon, je n’ai rien dit. J’ai reniflé la tête de mon fils, ça sentait bon la crème, j’en étais certaine, non je ne voudrais jamais le jeter par la fenêtre. Depuis ?… Euuuuh… disons que j’ai ouvert la fenêtre pas mal de fois -pour prendre l’air hein rassure toi- et que je suis bien contente d’être entourée de parents qui disent les choses telles qu’elles sont … Non, je ne suis pas seule.

J’ai quand même dû rester sur mon petit nuage de nouvelle maman 4 ou 5 mois … Après cela, je sais pas si c’est la solitude du congé parental, la fatigue accumulée, les pleurs qui ressemblaient de moins en moins à ceux d’un petit chat, l’odeur de crème de plus en plus à l’odeur de fromage, le fait que mon fils ait été mobile assez tôt et donc potentiellement dangereux pour ma maison et pour lui-même,  mais c’est devenu plus compliqué. Et là LE truc qui m’insupportait c’était tous ces parents qui me disaient “Il faut en en profiter. Ca passe si vite”. Je n’en pouvais plus d’attendre que ça passe, qu’il dorme la nuit, qu’il soit enfin assez mobile pour que je n’aie plus à me trimballer cette poussette, qu’il puisse parler pour que je comprenne ce qu’il voulait, qu’on ait un mode de garde, …

C’est alors que ma cousine et son mari, parents depuis 15 ans sont venus nous voir. On racontait comme c’était difficile et on se sentait vraiment compris. Mais, voilà, passée la phase où ils nous ont raconté comment ils avaient eux aussi eu des moments difficiles et malgré toute leur coolitude, ils n’ont pas pu s’en empêcher. Ils en sont eux aussi arrivés à cette petite phrase : “Ca passe tellement vite !”. Sauf qu’ils ne l’ont pas dit juste comme ça. Ils se sont regardés et mon mec comme moi, on a vu une vraie nostalgie dans leurs yeux. Puis mon cousin a dit  “tu te rappelles quand A. il faisait “Bagarre, Bagarre”, et ma cousine a répondu “Bagarre bagarre” en se marrant … “Et quand il fallait rappeler à T. de prendre son cartable pour aller à l’école TOUS.LES.JOURS !”. Je ne sais pas si c’est parce que ce sont deux gosses qu’on a vu grandir, parce que leurs parents savent bien raconter les histoires ou parce qu’ils avaient su nous écouter avant mais cette soirée avec eux nous a tous les deux beaucoup marqués. On a compris qu’ils avaient raison.

Bref notre petit garçon marche et parle maintenant et ça ne rend rien moins difficile, bien au contraire. Mais ses pleurs de chaton nous ont définitivement quittés, tout comme son odeur de crème alors oui, il m’arrive souvent de le penser … “ca passe trop vite, il faut vraiment en profiter”. (Et j’ouvre toujours la fenêtre de temps à autre -pour prendre l’air évidemment- mais je sais que je ne suis pas seule ;)).

À lire aussi

Cliquez, Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *