Vis ma vie quand je cherche un mode de garde

7 octobre 2013: Retour de l’anniversaire de S.G, la petite graine de monsieur rencontre l’oeuf de madame.

 

février 2014 : Je me renseigne sur les différents modes de garde et suis absolument convaincue par la crèche!

 

avril 2014 : Je dois jouer des coudes avec la mairie et la dame de crèche; la commission d’admission n’acceptant que les candidatures de femmes enceintes de plus de 6 mois révolus. Si mon terme était 2 jours plus tard je ne pouvais pas y participer. “Nan mais vous comprenez madame, avant,  il y a encore beaucoup de chance que la grossesse n’arrive pas à son terme…” (heu non je comprends pas trop que là tu me parle de la mort possible de mon bébé in utero à partir d’une raison de paperasse administrative)

Une ou deux semaines plus tard nous avons rendez vous avec la directrice de la crèche dont nous dépendons, pour la demande d’inscription. Une dame charmante et agréable, qui cependant arrive à te faire tout l’article de sa structure mais aussi à te dire que ça va être très compliqué et que tu as 3 chances sur 10 pour que ton enfant soit accepté. Et que bon la collectivité si tôt ça ne convient pas à tout le monde.

 

Mai 2014 : Le verdict tombe comme nous nous y attendions même si nous voulions croire en notre chance, nous n’avons pas eu de place en crèche. En personne totalement raisonnée et raisonnable j’ai bien évidement, devant ma lettre de refus,  insulté la mairie entière, les pistonnés, et tous les nouveaux sur la ville… Et toute la haine accumulée depuis sans doute des décennies… Une fois calmée j’ai été récupérer la liste des assistantes maternelles. En me disant que ça allait être génial.

 

Fin mai – début juin 2014 : Je n’ai pas eu des très bonnes expériences avec les ass mat… J’en ai appelé une bonne dizaine, rencontrer aucune… Soit leur tarif me semblait hors budget, soit mes horaires, vraiment, ce n’était pas possible pour elle, 19h c’est trop tard. J’ai aussi eu la grande difficulté de ne pas travailler les lundis et ne pas vouloir payer 5 jours de garde quand en effectif il n’y en aurait que 4.Je ne vous cache pas que j’ai lâcher l’affaire.

 

Mi juin 2014 – fin août 2014 : Étant clairement découragée par mon contact avec les assistantes maternelle (raisonnée et raisonnable toujours j’ai décrété que celles qui étaient bien étaient déjà prise et que les autres étaient toutes des méchantes pour qui j’aurai du prendre un 80 % et payer un jour de plus…), je me lance dans la recherche d’une garde partagée. En me disant que cette fois ça irait que ce serait sans doute plutôt simple. Mais soit je vis au pays de candy soit on a vraiment un karma pourri, soit je suis une trop grande angoissée (soit les 3 à la fois).Avant la naissance de Martin, pendant le congé mat  j’avais du temps libre, c’était comme pour chercher un appart sur pap… j’ai mis des alertes et j’y allais dès 9h du mat. J’allais sur 2 sites. Celui des petites annonces de la ville qui est gratuit, et un autre payant conseillé par une cousine et les forums. De juin à août nous avons rencontré plusieurs familles… Il y a eux ceux avec qui nous avons eu plusieurs contact téléphonique puis plus rien… Ceux qui avaient déjà trouvé une nounou en qui ils avaient entièrement confiance mais qui était trop chère pour nous (on les appelait la famille “nounou en or”), il y a eu ceux qui venaient d’emménager et ne voulaient rien connaître de ma ville chérie et qui parents depuis 1 mois comptait bien demander à la nounou de faire du ménage parce que quand même c’est pas fatiguant de garder un bébé…#ouic’estbienconnu…

Il y a eu la grand mère qui garderait sa petite fille en même temps et qui habitait à 30 minutes à pied de chez nous pas très accessible en transport (tellement désespéré on l’a vraiment envisagé…), il y a eu la seule famille que nous avons refusé, la nounou avec qui nous avions contact avait l’air top mais nous n’arrivions jamais à avoir la famille en direct, nous avons insisté pour les rencontrer, nous sommes finalement passés chez eux… Ce n’étaient pas des personnes désagréables mais nous nous sentions terriblement mal à l’aise dans leur loft qu’ils ne comptaient pas sécurisé parce que leur fils était habitué donc le nôtre le serait aussi… Mais surtout ils avaient le chat de Rachel de Friends et des têtes de poupées décapitées en déco… On les a surnommé les Freaky, je ne me voyais pas laisser Martin le matin chez eux!

Il y a eu la famille avec qui nous pensions faire affaire. Des gens sympathiques, “normaux” proche de ce que nous sommes moralement et financièrement… On a rencontré leur nounou… on avait presque tout conclu quand ils nous ont annoncé un peu penaud qu’ils nous avaient préféré une famille qui commencerait la garde en septembre et pas en octobre dans un souci financier…

Nous sommes partis une petite semaine en vacances en aout mais je n’ai pas lâché mon smartphone pour guetter les annonces, je recommençais le boulot dans un mois et demi et je ne savais pas ce que j’allais faire de mon adorable bébé…

 

Fin août – Septembre 2014 : A la toute fin août genre vers le 26/27, une nouvelle annonce paraît sur le site de la mairie, il est 9h03, j’appelle direct. Je tombe sur une charmante maman, je vois leur rue, ce n’est pas juste à côté de chez nous… trop fort leur fille est née 2 jours après Martin. Elle a l’air simple et sympa, nous convenons d’un rendez vous.

On se fait un apéro à 4 parents. On est sur la même longueur d’onde, on les trouve sympa, ils sont écolos à fond (c’est sans doute avec eux que j’ai développé mon esprit zéro déchet ) ils ont quelques exigences : nourriture exclusivement bio et couche bio, si cela est un frein pour nous ils se chargent d’apporter nourriture et change pour leur enfant quand c’est chez nous et en contrepartie nous ramenons ce qu’il faut pour Martin quand c’est eux.

Nous avons pris le parti de passer au tout bio aussi comme ça pas de prise de tête vu que nos enfants ont le même âge et auront les mêmes besoins, quand c’est chez nous on fournit tout quand c’est chez eux on fournit rien. En une soirée c’était réglé nous allions faire une garde ensemble. Je peux pas vous dire à quel point j’ai été soulagée d’avoir une famille, et en plus de les trouver cools! Ensuite ça a été assez rapide, la maman de la cofamille a proposé de mettre une annonce pour recruter une nounou et faire le tri sur 2, 3 jours. De nous envoyer par mails ses recherches, puis nous avons sélectionné ensemble une dizaine de nounou à rencontrer. Nous avons fait un nounouthon sur une journée, sélectionné un top 3, que les papas ont rencontré. Et hop nous avions au 15 septembre après des mois de stress une co-famille et une nounou.

 

1er octobre 2014 : j’ai repris le travail, un peu contrariée de laisser mon bébé qui commençait enfin à avoir un rythme et surtout plus les horribles coliques du nourrisson qui m’ont laissé désemparée plus d’une fois, mais j’étais heureuse de revoir des adultes, de parler avec des adultes, d’autres choses que de bébé, de retrouver mes livres, mes ptits lecteurs… un train train où je ne suis pas que maman.

 

Epilogue : Notre co-famille a déménagé fin juin 2016, et la nounou a repris ses études. Il y avait tout à recommencé pour la dernière année, mais en fait vous savez quoi? Cette fois on a pas galéré. Nous avons trouvé facilement une co famille à une rue de chez nous, rappelé une nounou que nous avions rencontrée au début de nos recherches, et c’était réglé.  Depuis nous sommes potes avec eux et les voyons encore régulièrement. Comme quoi parfois la vie peut être simple!

 

Et toi tu en garde quoi de ton expérience pour faire garder ton enfant? Et s’il n’est pas encore gardé tu appréhende? Rassure toi je suis sûre que ça va le faire!

 

Cliquez, Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *