La minute bib : tous égaux

Parce que ma réponse première à un problème est souvent le livre, parce que j’aime bien discuter avec les jeunes qui viennent à la médiathèque mais que parfois je n’ai pas l’impression de toujours me faire comprendre, voici des livres que j’aime lire quand je reçois des classes pour parler des stéréotypes de genre :

 

Marre du rose :

Je l’adore. Dans ce livre c’est une petite fille “garçon manqué” qui en a marre! Pourquoi on ne peut pas être une vraie fille si on aime pas le rose? Pourquoi son copain Auguste n’a pas le droit de dessiner des fleurs sur ses petites voitures? C’est quoi un truc de fille? Et autant d’exemples et de questions posées aux adultes. Parce que oui ici ce sont les adultes qui sont mis en cause dans l’enfermement des enfants dans des stéréotypes.

Le dessins d’Ilya green sont vivants, colorés attractifs. A mettre entre toutes les mains potelées à partir de 3 ans .

Marre du rose Nathalie Hense et Ilya Green chez Albin Michel.

 

A calicochon :

Je l’adore. On entre dans la parfaite et proprette famille Porchon. Les hommes ont la belle vie, et madame Porchon n’est ni plus ni moins que la boniche de service. Sauf qu’elle en a ras la casquette et que cette bande de malotrus ne lui laisse pas le choix : elle quitte la maison. Monsieur Porchon, Patrick et Simon se retrouvent seuls et doivent s’occuper d’eux, eux même. Bien incapables, la maison se transforme en porcherie et les trois hommes en cochons! Madame Porchon va revenir, mais cette fois avec un réel partage des tâches, ce qui comble tout le monde!

Sous ses airs très simple, il y a plein de chose à voir et à analyser avec des enfants. Les expressions des hommes au début de l’album, fermés et suffisants qui passent leur temps à crier, l’absence de visage de madame Porchon. La montée en crescendo de l’irrespect des hommes à son égard. Et la place grandissante des cochons dans les illustrations (grand jeu chercher le premier puis tous les trouver). A la fin madame Porchon en lumière, enfin un visage heureux et des hommes apaisés et souriants. A mettre entre toutes les mains à partir de 5 ans.

A calicochon Anthony Browne l’école des loisirs

 

Brindille :

Je l’adore. Superbe histoire que celle de Pavlina surnommée “Brindille” par sa famille tellement elle est fine. Dans cette famille de l’Est sans maman, les stéréotypes ont la part belle. Brindille fait du piano pendant que ses trois grands frères aiment les activités dites masculines. Comment trouver sa place? Un jour elle se révolte, arrête le piano et se met à la boxe. Soutenue par son père, pas par ses frères, c’est le combat de Brindille pour s’imposer que l’on suit. Arrive le moment du premier match, les encouragements touchants de toute la famille (gros moment d’émotion, bon j’avoue je pleure “facilement” mais quand même)… SPOILER elle gagne le match. Une fois le respect de ses frères gagné (à la dure) Pavlina heureuse et sereine reprend le piano, elle n’a plus rien à prouver.

Cet album est un bijou, l’histoire superbe, un vrai travail graphique avec les enluminures pleines de sens… Bref à mettre dans toutes les mains à partir de 8 ans.

Brindille de Rémi Courgeon chez Milan.

 

Il y en a d’autres qui abordent ce thème et qui sont bien aussi. Mais ces trois là sont vraiment mes chouchous!

Et vous vous avez des livres chouchous pour aborder l’égalité des sexes?

 

Cliquez, Partagez

One thought on “La minute bib : tous égaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *