Les transports parisiens avec bébé

Je ne sais pas vous mais personnellement si je dois prendre les transports avec Martin j’ai toujours un peu la trouille que ce soit la galère… Et souvent en fait ça va… J’ai trouvé deux trois techniques que je partage avec vous aujourd’hui.

Le portage :

Nous prenons les transports avec Martin depuis qu’il est tout bébé (non je n’ai pas eu peur des microbes tout ça tout ça… vers ses 1 an il a même léché la barre du métro. C’était pas intentionnel de notre part, c’est arrivé en 2 secondes, évidemment nous avons été horrifiés, mais il n’y a eu aucune conséquence (enfin si depuis on essaye qu’il soit loin de la barre 😉 )

Bref je disais tout petit le portage a été très salvateur.  Pas de poussette encombrante. Et on vous laisse plus facilement la place. Depuis que Martin a 3 ans… Il faut bien l’avouer tout le monde s’en fiche de nous laisser une place, on nous en propose rarement une.

Donc pour nos déplacements en transports j’ai souvent privilégié l’écharpe. Aujourd’hui je prévois dans mon sac pour les longues journées le porte bébé Ergobaby pour le mettre dans mon dos. Bien pratique aussi en cas de forte affluence, l’enfant est à hauteur d’adulte pour bien respirer, et je n’ai pas peur qu’il se fasse écraser, qu’il s’enfuit en se faufilant entre les jambes (même s’il n’a jamais tenté), qu’il se perde ou se fasse bousculer pendant les correspondances, qu’on me le vole…

La poussette de Parisien :

C’est ce que nous a dit la vendeuse quand nous l’avons achetée. Et effectivement nous ne rencontrions quasiment que cette marque à l’époque. Maintenant c’est Yoyo everywhere (si t’as pas ta yoyo t’as raté ton bébé, après j’avoue pour l’avoir testée un peu elle a vraiment un glissement génial, elle est légère mais quel prix p****  je m’égare là non?)

Alors pourquoi poussette de parisien? Tout simplement parce que la MacLaren Quest est une des rares qui passe entre les portiques de sortie du métro. Et c’est bien pratique de ne pas avoir à attendre que la personne du guichet ouvre la sortie poussette valise. Et on a pas trop à se préoccuper de sa sortie : toutes conviennent. Je disais plus haut que nous privilégions le portage; mais nous avons aussi souvent pris la poussette dans le métro (quand ça devenait lourd de le porter sur toute une sortie), notre poussette a aussi l’avantage d’être légère, je l’ai souvent portée seule dans les escaliers (quand il n’y a pas d’escalator (coucou buzenval) et personne pour t’aider)

Les correspondances :

Avec le portage ou la poussette c’est assez “simple” depuis que Martin marche vraiment et que nous ne prenons plus la poussette, nous le prenons en général sur les épaules le temps de la correspondance. Un gain de temps et puis si un peu de monde, beaucoup d’escalier, je trouve ça plus sur.

Les jouets :

Plus petit nous en prenions 1 ou 2 pas plus. Parce qu’en vrai c’est casse-pieds. Si tu n’es pas assis, tu ne peux pas les sortir, et une fois assis, Martin avait la fâcheuse tendance de les faire tomber-lancer-jeter-rouler…. Depuis qu’il est “grand” nous ne les sortons plus.

Décrire ce qu’il voit :

Alors plus pour le bus, que le métro. Dans le bus ou en voiture on lui demande de trouver une voiture blanche, ou de décrire le paysage “alors qu’est ce que tu vois?”.  En général il repère toutes les motos et les camions… On tente pas trop dans le métro où il y a moins à décrire. Et puis imaginez s’il me sort “je vois une dame moche, un gros monsieur….” les enfants sont formidables. Cependant il se lasse assez vite de ce jeu. C’est pour les petits trajets ou en complément d’autres occupations.

Les livres :

Bon j’avoue que j’ai de la chance, nous avons un enfant qui adore les livres et les histoires. Plus petit nous prenions des magazines Picoti bien pratiques quand on doit se faire la ligne 9 en entier pour aller bruncher chez les amis…

Mais depuis quelques mois, ce qui marche du feu de Dieu, que ce soit, en bus, en métro en voiture où dans n’importe quel lieu où nous serions amenés à attendre : les livres d’observation, les cherche et trouve.

Des images à farfouiller, à regarder décortiquer. Il décrit ce qu’il voit on cherche les personnages, on lui donne des choses à chercher. Il y reste vraiment un long moment.

Alors oui ce sont des livres un peu encombrants (ceux que nous avons, mais pas dit qu’il y ait tellement plus petit) mais vraiment c’est notre graal. Et puis on passe un vrai bon moment avec lui à regarder ces livres (#mamagaga #mamanestbibliothecaire)

Se faire une raison :

Ça n’est quasiment jamais arrivé, mais nous avons déjà passé des trajets où il ne tient pas en place, il monte et descend de son siège, gêne tout le monde, hurle, pleure… Et bien c’est la vie.  Si aucune des occupations n’a fonctionné c’est un bad day,voilà tout, allez on est bientôt arrivé, prendre sur soi, ne pas s’agacer et se ficher des regards mauvais (pas toujours facile on est d’accord).

 

Voilà, nos petites techniques et conseils. Et vous? Vous faites comment? Il y a moins à prévoir et ruser quand ils sont plus grands?

 

Cliquez, Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *