A sac à dos avec bébé

Comme je l’ai déjà évoqué, notre petite famille a passé le mois de janvier au bout du monde. On a la chance d’avoir eu notre bébé dans un pays qui nous a laissé 14 mois de congé parental rémunéré à nous partager pour commencer notre vie de parent et on a choisi de prendre le dernier tous les deux pour l’emmener visiter le pays de ses grands parents. On s’est dit qu’il fallait profiter du fait qu’il voyage encore gratuitement; l’idée de partir au soleil en hiver ne nous déplaisait pas non plus. Tout le monde ne serait pas parti à sac à dos avec un petit de 10 mois mais j’avais confiance. Nous connaissons les Philippines, nous avons de la famille sur place et nous avions déjà un peu l’habitude de vadrouiller avec Milo.

 

Ça a été les meilleures vacances de ma vie. Une parenthèse tous les trois, sans programme, sans quotidien et sans obligation. Je conseillerais à qui en a l’envie et l’opportunité d’y aller sans hésiter – mais pas non plus les yeux fermés. Un tel voyage se prépare en effet un minimum mais ne t’en fais pas tu trouveras des récits de voyage et des conseils aux quatre coins du web et au cas où les miens pourraient t’aider, voici même ce que j’aurais à dire sur le sujet :

 

Dans l’avion.

Pour ces vols longs courrier je n’ai pas regretté d’avoir suivi le conseil de Joanna: nous ne nous sommes pas assis côte à côte. De cette façon nous avons pu alterner les tours de garde et surtout vraiment pu nous reposer – par là j’entends évidemment ingurgiter un maximum de films et de séries sur le petit écran – quand ce n’était pas notre tour, parce que le bébé, clairement, il n’en a rien à faire de savoir à qui est le tour. (Je viens de réserver des billets pour un long trajet en train en septembre et je me mords les doigts de ne pas avoir pensé à prendre des places assises séparées !)

 

Voyager léger.

En emmener un minimum, ça ne vaut bien sûr pas que pour les voyages avec bébé quand tu dois porter tes affaires sur ton dos. Nous voyagions déjà avec un minimum de vêtements. Comme me l’a fait réaliser une copine, baroudeuse devant l’éternel, au final tu te retrouves toujours à porter ce que tu trouves le plus confort/le plus sympa, donc pourquoi prendre autre chose que ça ? Et sur place je peux toujours faire une lessive. J’emmenais aussi quand c’était possible, des vêtements que je laissais sur place (plus de place pour les souvenirs au retour :)) et j’avais pris l’habitude de faire mes courses de produits divers en arrivant à destination donc nous avons juste appliqué ces préceptes avec bébé : nous avons dès le début prévu de faire des lessives sur place, nous n’avons emmené que des jouets que nous n’aurions pas de mal à laisser en repartant (hello les bouteilles sensorielles 100% récup) et nous sommes partis du principe qu’on trouverait couches et nourriture sans difficulté. Tout s’est très bien passé.

En matos puériculture, pour son lit de voyage nous avions déjà fait l’acquisition vers ses six mois d’un modèle pop up dont on se sert en vacances et quand on va manger chez les copains, nous l’avons donc emmené. Nous avons beaucoup utilisé notre fidèle porte-bébé mais nous avions aussi, au cas où, notre poussette canne pas cher car notre poussette est top mais pas pliable. Pour 30 balles elle avait déjà aidé deux semaines pour son premier été. Elle tient au passage toujours la route et on l’emmène avec nous en septembre.

 

Ton itinéraire en mode allégé.

Comme pour un tel voyage sans bébé, nous avons fait des recherches et établi la liste des endroits que nous voulions découvrir. Une fois que la liste établie, il a fallu rayer : tous les endroits qu’on a jugé vraiment trop difficiles d’accès, les endroits où les conditions sanitaires ne nous semblaient pas adaptées et toutes les activités réservées aux plus de 1m ou plus de 16 ans.  Pour la rivière souterraine, les étapes qui impliquent 2 changements de ferry et les retraites au beau milieu de la jungle, on repassera. Une fois que la liste bien réduite, on l’a encore divisée je dirais au moins par 3. Tu peux le faire drastiquement comme nous, en te disant que c’est aussi l’occasion de profiter et de vivre au rythme de bébé (la sieste c’est tellement mieux en maillot de bain) ou tu peux le faire de façon plus modérée. Mais tu risques d’avoir deux trois trucs en plus à déballer/remballer à chaque étape et un participant dans le groupe qui ralentit souvent le mouvement donc une étape tous les jours ce sera compliqué.

 

Les rencontres en route.

Ce n’est plus vraiment un conseil que je vais partager pour terminer mais plutôt pour moi la plus chouette surprise que j’ai eu en voyageant avec bébé. Nous n’avons jamais eu autant d’échanges avec les locaux qu’en étant avec Milo. Ça avait déjà valu pour la Croatie l’été dernier. Au final, ça vaut aussi pour notre quartier : alors que toute seule, je n’irais que rarement aborder les habitants, juste comme ça, si je n’ai pas un achat à faire ou une question bien précise à poser, maintenant Milo le fait pour moi. Il fait des sourires, joue avec les autres enfants. Il aborde les autochtones naturellement sans comprendre qu’il est un touriste, comme si il était à l’aire de jeux en bas de chez nous. Grâce à lui du coup , comme à l’aire de jeux en bas de chez nous, moi aussi je rencontre plein de gens. Je ne suis plus une touriste qui passe par là, je suis sa maman.

 

Sur cette note à peine gnangnan, je m’en vais rêver à mes prochaines vacances. Et toi les tiennes, c’est où ? c’est quand ?

Cliquez, Partagez

One thought on “A sac à dos avec bébé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *