Un bon potentiel

Au cas où comme moi, toi aussi parfois, t’en arrives à te demander si c’était vraiment une bonne idée de mettre un enfant au monde dans ce monde-là, j’ai juste envie de partager ma traduction d’un poème de Maggie Smith qui avait “fait le buzz” après l’attaque d’Orlando l’année dernière.

 

Un bon potentiel.

La vie est courte, même si je ne le dis pas à mes enfants.
La vie est courte et j’ai raccourci la mienne
de milles façons délicieuses et peu judicieuses,
de milles façons délicieusement peu judicieuses
dont je ne dirai rien à mes enfants. Le monde est au moins
à cinquante pour cent effrayant, et c’est optimiste
comme estimation, même si je ne le dis pas à mes enfants.
Pour chaque oiseau, il y a une pierre qu’on jette sur un oiseau.
Pour chaque enfant aimé, un enfant brisé, mis dans un sac,
coulé dans un lac. La vie est courte et le monde
au moins à cinquante pour cent effrayant, et pour chaque gentil
inconnu, il y en a un qui pourrait vous faire du mal,
même si je ne le dis pas à mes enfants. J’essaye
de leur vendre le monde. N’importe quel agent immobilier
vous faisant visiter un trou à rats insistera
sur un bon potentiel : Ce pourrait être beau,
n’est-ce pas ? Vous pourriez en faire quelque chose de beau.

 

Cliquez, Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *