Comment j’ai choisi de me préparer avec une doula

La dernière fois, je vous expliquais pourquoi j’avais décidé de préparer mon deuxième accouchement sans forcément passer par la case cours théorique de la maternité. Car je trouve dommage qu’on n’y parle pas plus des accouchements en eux même. Souvent on y explique quand partir à la maternité, une ou deux respirations (max) et voilà tu as ton bébé dans les bras. On a bien quelques chiffres en tête, que le travail peut être (très) long mais on ne réalise pas forcément qu’il y a une progression (ou pas…) en fait je trouve que ça reste vraiment obscur sauf si on va au tréfonds des internets et des bouquins se renseigner…

Donc le tout n’étant pas de savoir qu’on veut se préparer différemment mais de le faire, il m’a bien fallu savoir comment je voulais le faire.  Ni une, ni deux j’ai commencé des recherches google…

Ce qui fonctionne le mieux pour trouver des conseils n’est pas de taper préparation à l’accouchement mais accouchement sans péridural (ce qui n’est pas mon but). Sans doute considère-t-on que la préparation est inutile quand on veut une péri… Allez savoir…

J’ai trouvé des conseils pour des cours de sophrologie, de yoga prénatal, de chant prénatal, la méthode Bonapace dont j’apparente l’un des points à la technique “les bronzés font du ski” à base de point d’acupuncture qui délocalise la douleur ailleurs pour que le cerveau se dise ça craint envoyez plus d’endorphine (oui dans ma tête notre corps est plein de bonhomme comme dans il était une fois… la vie)

J’en ai également parlé avec une obstétricienne de la maternité lors d’une visite de suivi au tout début de la grossesse,  qui ne m’a pas du tout comprise sur le moment quand je lui ai dit que je ne voulais pas subir mon accouchement et être active… Elle m’a expliqué que nous subissions tous la vie, que les bouddhistes l’avaient compris et qu’il fallait cueillir l’instant… Et que quoiqu’il arrive je n’aurais de prise sur rien et qu’il fallait que je me détende, qu’elle même subit la vie que la veille elle s’était faite voler son Iphone 7 avec toutes ses photos… Hyper pédagogue quoi… hum hum…

Ce que j’ai ressorti de mes recherches c’est que la méthode qui semblait me correspondre serait plus tournée vers la sophro et le yoga, qui allient détente, conscience du corps et positionnement physique.

Alors j’ai continué mes recherches… La majorité des cours proposés sont en groupe… Les séances de Yoga sont dans les 20e le cours ça m’a semblé énorme à sortir toutes les semaines pendant 9 mois et je n’avais pas envie d’investir dans une méthode peut être pas fiable.

La sophrologie me semblait peut être un peu plus complète, détente du corps et travail sur l’esprit (je rappelle que dans la tête c’est à la fois le début de la crise d’angoisse et la BO de Rocky). Après recherche de cours/séance de sophrologie pas loin de chez moi, je vois à nouveau les prix (60e /1h), que beaucoup sont en cours collectif et, j’avoue, à ce moment là je ne me voyais pas balancer le traumatisme de mon accouchement à des futures mamans pour la première fois

Bref toujours pas satisfaite et convaincue par la sophro…  Je me suis rappelé que pour son premier accouchement Hélène du blog Malotine avait dit beaucoup de bien de sa sage femme et qu’elle a récidivé pour la naissance de sa fille. J’ai été très déçue par la mienne et je n’ai pas du tout envie de me préparer avec elle, de plus ses cours d’accouchement sont aussi collectifs et je crois que j’ai envie de personnalisation et de chouchoutage au maximum…

Au fils de nos conversations Jessica, m’a plusieurs fois parlé des doulas pour la prépa voir le jour J, car ce service est bien plus développé à l’étranger qu’en France où cela reste très confidentiel.

Je ne cache pas que je n’avais pas vraiment envisagé cela avant parce qu’en France on en parle pas du tout, et que ça m’avait l’air d’être pour les mamans ultra convaincues qui ne souhaitent pas de péridurale, et peuvent parfois être “extrémistes” du maternage, assez loin de mon état d’esprit (y a que les cons qui changent pas d’avis et surtout qui se font des fausses idées )… En relisant le chapitre sur l’accouchement de ce tiptop bouquin , il parlait de l’association des doulas de France. Il y en a  2 qui viennent jusque dans mon 9-3… J’ai été voir leur site, j’en ai contacté une, que nous avons rencontré pendant les vacances de noël pour un premier contact. Et je suis totalement conquise par sa philosophie.

Ça a été une décision de couple, bien plus que si j’avais fait de la sophro. Le papa est grandement invité à participer et apprendre des massages et autres techniques pour soulager la maman. Elles sont vraiment là pour nous aider à savoir ce que l’on veut et tout mettre en oeuvre pour que nos choix soient respectés. Elles n’ont donc pas de parti pris, après avoir discuté avec celle qui allait devenir ma doula, j’étais un peu plus confiante. A aucun moment je ne me suis sentie jugée sur mon choix de ne pas accoucher sans péridurale et la possible mise en place d’un allaitement mixte dès le début, voir pas d’allaitement du tout. Les possibilités étant diverses et partant de moi, je ne savais pas encore comment les séances allaient se dérouler précisément, mais j’avais totalement confiance.

J’ai cette fois eu vraiment envie d’écrire notre projet de naissance où je n’écrirais pas des banalités recopiées d’internet mais ce que je (nous) veux vraiment.

Financièrement, pour être totalement transparente avec vous, celle que nous avons choisi propose un forfait 10 séances à répartir comme on le souhaite avant et après l’accouchement pour 600e, chaque séance dure 2h, notre première rencontre prise de contact était gratuite, elle a duré 1h30. J’ai pas mal hésité à cause du coût mais à plat ça n’est pas si élevé et moins cher que la sophro, je peux me le permettre…

Je trouve dommage que ce genre de préparation ne soit pas la “standard”… Et surtout je trouve incroyable d’avoir mis autant d’énergie à trouver cette “solution”. Il y a un vrai manque d’information générale…

J’ai été rapidement apaisée, j’avais la sensation d’être déjà active dans ma préparation, et d’avoir le CHOIX. Il se passera, ce qu’il se passera le jour J. peut être que je ne saurais pas m’adapter ou réagir de la meilleure des manières, mais je ne pourrais pas dire que je n’ai rien fait.

Comme vous vous en doutez, j’ai depuis fait quelques séances puisque nous sommes à 1 petit mois de la date prévue d’accouchement. Je peux vous dire que pour le moment je suis très satisfaites et je vais bien évidemment revenir vous parler de ma doula et la préparation que nous avons faite.

Et vous? Vous vous êtes préparées? Comment? Ça vous a convenu, ou il y a des choses que vous feriez différemment?

À lire aussi

Cliquez, Partagez

5 réflexions sur « Comment j’ai choisi de me préparer avec une doula »

    1. c’est vrai que c’est vraiment peu connu en France, après je pense qu’une sage-femme peut proposer le même service mais qu’elles sont plus à la marge et qu’il faut « les connaitre » par réputation et bouche à oreille… Il faut tomber sur la bonne!

  1. Ça me blasé un peu de me dire que quand on n’a pas les moyens on n’a pas de choix..! We’ll see pour moi quand ce sera le moment !

    1. Je suis bien d’accord. Après je pense qu’une bonne sage femme peut faire les mêmes choses qu’une doula (avec en plus le côté examen médical) mais il faut en trouver une qui soit dans cet état d’esprit… et là c’est moins simple du bouche a oreille… celle dAnne-So a l’air d’avoir été dans le même mood. Pareil pour celle d’Hélène du blog malotine… l’avantage de la SF c’est que c’est remboursé par la secu (sauf si elle fait des dépassements d’honoraires mais ça reste souvent raisonnable!).

Répondre à Sonia Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *