Test des méthodes pour te désintoxiquer de ton portable

Bonjour, je m’appelle Jess, j’ai 33 ans et je suis accro à mon téléphone portable.

J’ai eu un smartphone relativement tard. Je voyais l’effet que ça avait sur les gens dans mon entourage, je n’aimais pas trop la façon dont les gens ne pouvaient plus s’en passer, je savais que j’avais un passif et que j’étais à risque alors j’ai longtemps voulu éviter d’avoir le mien mais on m’en a fait cadeau et je n’ai pas su dire non …. En quelques jours, j’ai pris de nouvelles habitudes : regarder mon fil facebook dès mon lever et juste avant de me coucher, passer des heures à jouer à des jeux plus ou moins prenants, vérifier chaque notification, envoyer des messages à tout va, etc. etc. Mon bras avait une nouvelle extension et je ne m’en lassais pas. J’avais accès à tout, tout le temps, c’était super.

Continuer la lecture de « Test des méthodes pour te désintoxiquer de ton portable »

Une semaine sans enfant

Pendant les vacances scolaires de février, nous avons laissé Martin (3 ans et toutes ses dents) chez mes beaux parents pour 5 dodos. Nous laissons régulièrement Martin pour des soirées (la première fois il avait 1 mois et demi), nous l’avons déjà laissé pour des week end, le plus long sans nous a été les 3 dodos de Lisbonne.

Dans le cas de confier son enfant pour une durée plus ou moins longue il n’y a pas trop de règles… C’est vraiment en fonction de chacun et je crois qu’avant ces vacances là, JE n’étais pas prête à le laisser autant. Je crois que j’avais ce sentiment, un peu comme au début de congé mat où tu es celle qui passe 24h/24h (quasiment) avec ton bébé, que tu es la seule à le comprendre et donc à être indispensable, que là avec son parlé encore bébé que nous étions les seuls à le comprendre quand il parle en Martin… Là où on comprenait “tout” en se disant qu’est ce qu’il progresse en langage les gens nous regardaient en attente de la traduction… J’avais l’impression qu’il serait terriblement malheureux d’être incompris, et moi dans la crainte que ses besoins ne soient pas satisfaits si on ne le comprenait pas (alors qu’il ne serait probablement ni mort de faim, ni en manque de câlin!). En attendant d’être prête je n’ai pas culpabilisé de ne pas le laisser…

Alors 5 dodos sans mon fiston ça donne quoi? Continuer la lecture de « Une semaine sans enfant »

J’avoue j’ai fini par me mettre à la méditation

On dit toujours qu’il n’y a que les c*** qui ne changent pas d’avis. Moi, la première fois que j’ai entendu parler de méditation, ça me semblait un délire d’un autre monde. Une collègue m’avait raconté s’y être mise. Ca lui faisait un bien fou et elle m’avait conseillé de m’y intéresser. Elle devait avoir l’âge que j’ai aujourd’hui et moi dix de moins. Je l’imaginais assise en tailleur à tenter de léviter –  c’était la compétence que gagnaient mes sims quand ils avaient médité assez longtemps. Moi, assise en tailleur à méditer ? J’avais bien mieux à faire.

Continuer la lecture de « J’avoue j’ai fini par me mettre à la méditation »

J’avoue j’étais accro aux Sims

Vous vous rappelez du jeu des Sims ? Ce n’est pas le genre de hobby qu’on place sur un CV mais je dois avouer que j’étais accro. Je m’en souviens comme si c’était hier. C’était en l’an 2000, et j’en avais entendu parler sur Canal +. Le journaliste annonçait la sortie d’un jeu vidéo de simulation de vie sur ordinateur. Il serait possible de créer des gens, de décider de leur apparence, de leur caractère, de choisir si ils allaient vivre en famille ou en coloc et de décorer leur maison. Je voulais ce jeu à tout prix.

Phase 1 : La dépendance

Continuer la lecture de « J’avoue j’étais accro aux Sims »